FEA | Fédération européenne d'Aïkido

NOTRE DISCIPLINE

L'aïkido, un art martial adapté au monde moderne.

Le fondateur de l'AIKIDO, Morihei UESHIBA (1883-1969), fut inspiré par les meilleurs maîtres d'arts martiaux du Japon de l'époque (écoles de JUJITSU, d'escrime traditionnelle). L'arrière-plan philosophique ou religieux (traditions Shinto, Zen, Tao) joua un rôle très importantdans l'élaboration de cet art. A côté de ce retour aux sources de l'esprit traditionnel du samouraï, il réussit à ouvrir sa pratique à des notions plus modernes (recherche de la paix, fraternité, harmonie) et développa à partir de 1948 l'enseignement d'une discipline neuve et originale, qui commença dès 1950 à rayonner dans le monde entier, notamment en France.

 

© Bruno Germain


L'AÏKIDO, UNE DISCIPLINE ACCESSIBLE A TOUS

La recherche de l'aïkidoka est celle de l'équilibre optimum de l'individu par rapport à lui-même, et par rapport à son environnement.Chacun peut se conformer à ses possibilités physiques, le but étant précisément de mieux les connaître.Une telle pratique est donc accessible à tous, homme ou femme, de l'âge tendre à l'âge mûr.


 

© Bruno Germain

DES TECHNIQUES EFFICACES EFFECTUEES SANS HEURT ET VISANT à CANALISER et à CONTROLER L'ADVERSAIRE

Techniques à mains nues avec un ou plusieurs adversaire(s), armé(s) ou non. Techniques au sabre, au bâton Techniques de concentration, de respiration Toutes les techniques visent au contrôle de l'adversaire, l'amenant à une chute et/ou une immobilisation.
Il s'agit de canaliser le mouvement, la vitesse et la force de l'adversaire, de les utiliser sans rentrer en opposition avec eux.

 

L'AÏKIDO ET LES AUTRES ARTS MARTIAUX

Si comme au judo, le pratiquant d'Aïkido utilise des techniques de projection et d'immobilisation pour déséquilibrer et maîtriser son adversaire, il peut également accompagner ses mouvements d'une série d'atémis, c'est à dire de coups de poing et de pied portés, comme au Karaté, en des endroits vitaux du corps. Mais contrairement au Judo et au Karaté qui constituent des disciplines sportives, soumises à des règles très strictes, l'Aikido est un art martial dont la pratique exclut toute idée de compétition.
Technique de défense idéale, l'Aïkido impose de détruire l'agressivité de son adversaire en lui démontrant l'inutilité de son attaque. Discipline physique et morale complète, l'Aïkido permet d'acquérir une parfaite maîtrise de soi en assurant un développement harmonieux du corps.


L'AÏKIDO et les FEMMES

Il n'y a pas d'aïkido spécifiquement féminin car l'aïkido est une discipline martiale qui véhicule des valeurs reconnues dans notre société comme féminines : harmonie, non agressivité, ouverture d'esprit, respect de la vie. Les femmes s'intègrent donc très bien parce que d'entrée, elles se reconnaissent dans ces valeurs.
De plus, la pratique de l'aïkido nécessite d'utiliser avant tout la souplesse, l'énergie, la capacité à évaluer rapidement des situations, plutôt que la simple force physique. Doublement avantagées, les femmes peuvent donc progresser au sein de cette discipline qu'elles pratiqueront efficacement, avec leur propre sensibilité, et toujours avec plaisir.

 

L'AÏKIDO et les ENFANTS

L'aïkido est une discipline martiale de plus en plus pratiquée par les enfants. Des clubs d'enfants naissent dans chaque département et voient leur population augmenter chaque année. "Nous voulons tout simplement participer à l'éducation des enfants par un moyen : l'Aïkido. C'est une discipline qui nous permet d'aborder certains problèmes éducatifs généraux. Avec l'Aïkido nous désirons que l'enfant apprenne à agir, créer, montrer, aider, évoluer, organiser et ainsi s'ouvrir à sa propre sensibilité".
Des stages régionaux, nationaux et internationaux leur sont proposés. L'encadrement est composé de professeurs, d'éducateurs et de médecins. Une Commission Enfants continue ses travaux au sein de l'école des cadres : son but est de former des enseignants pour l'Aïkido Enfants et de promouvoir toutes les activités intéressant les enfants et l'Aïkido.


Les VETERANS

Lorsque quelques années de pratique, ainsi que la santé et la passion qui en résultent, s'associent à l'harmonie familiale, la condition d'aïkidoka vétéran s'installe au cœur de l'individu. Le groupe des vétérans est un exemple pour tous ; en effet il est rassurant de partager une même pratique avec ses aînés. L'âge, mais surtout les années de pratique induisent tranquillité, disponibilité et modestie. Ces valeurs humaines concourent à la transmission du message de paix que veut véhiculer l'aïkido. Chaque année, un grand stage placé sous l'œil bienveillant de TAMURA Shihan réunit à BRAS toutes celles et ceux qui manifestent un appétit inextinguible devant les promesses du lendemain.

TAMURA Nobuyoshi Shihan

Né le 2 mars 1933 à Osaka


Il débute la pratique du Judo et surtout du Kendo au collège, sous la direction d’un ami de son père qui était lui même enseignant de cet art.
Particulièrement attiré par le Zen durant sa jeunesse, il devient adepte de la macrobiotique fondé par Georges OHSAWA.

Après le décès de son père, Nobuyoshi souhaite devenir totalement indépendant. Il découvre l’aïkido en 1952 et reçoit l’aide de nombreuses personnes, parmi lesquelles Seigo YAMAGUCHI. Ce dernier doit retourner dans sa ville natale pour se marier et lui propose d’habiter sa maison jusqu'à son retour, prévu un mois plus tard. De retour avec son épouse, Maître YAMAGUCHI lui suggère de devenir uchi-deshi afin d'avoir un toit et le couvert.


Le jeune TAMURA écoute son conseil et intègre l’aikikaï Hombu Dojo, le 5 août 1952 en tant qu’élève interne. Il suit principalement l’enseignement de Kisaburo OSAWA et du Doshu Kisshomaru UESHIBA. Il devient rapidement l'un des disciples les plus proches du fondateur Morihei UESHIBA. Durant plusieurs années, il accompagne O Sensei dans la majorité de ses déplacements devenant son partenaire privilégié pour les démonstrations publiques.

 

 

Il est nommé shodan le 13 mars 1955. Devenu instructeur au Hombu Dojo, il enseigne également au US Navy Special Service Center de Yokohama ainsi que dans d’autres dojos de Tokyo. Le 25 octobre 1959 il est promu 5ème dan. En 1961, il partage avec Koichi TOHEI, l’honneur d’accompagner le fondateur à Hawaï lors de son premier voyage hors du Japon.

En 1964, Nobuyoshi TAMURA fait AU HOMBU DOHO la rencontre d’une nouvelle pratiquante, Rumiko et l’épouse peu de temps après. Ayant prévu de découvrir l’Europe durant son voyage de noces, il est missionné par l’Aikikai pour étudier le fonctionnement de l’Aïkido en France au travers des structures associatives.
 
A son arrivée à Marseille, il est accueilli par Maître NORO et Maître NAKAZONO. Ce dernier l’invite à Paris et le laisse enseigner dans son dojo.

Après onze années passées à l’aikikai de Tokyo, Maître TAMURA décide de s’installer définitivement en France. Il adhère à l’ACFA créée par NORO, puis rejoint les groupes adhérents à la Fédération Française de Judo et Disciplines Associées (FFJDA) en 1971.

 

Par l’intermédiaire de NAKAZONO Senseï et du cercle de macrobiotique, TAMURA Senseï fait la connaissance du Maître Zen Taisen DESHIMARU et devient son ami. 
Shihan 7ème dan et délégué officiel de l'Aïkikaï So Hombu, Maître TAMURA développe un style de plus en plus représentatif.

Il participe à la fondation de l’Union Nationale d’Aïkido (UNA) et établit en 1973 le programme des épreuves techniques et pédagogiques pour l'obtention du Brevet d'Etat de professeur d'Aïkido. Collaborant avec Hiroo MOCHIZUKI et André NOCQUET, il crée en 1975, une “Méthode Nationale d'Aïkido” adaptée aux attitudes et à la mentalité française.

En 1982, Maître TAMURA se prononce pour la séparation de la F.F.J.D.A. et la création de Fédération Française Libre d’Aïkido (F.F.L.A.). En 1985, celle-ci devient la Fédération Française d'Aïkido et de Budo (F.F.A.B.). Il est alors nommé Directeur Technique National. En 1989, il reçoit la visite du Doshu Kisshomaru UESHIBA venu le féliciter à l’occasion du 25ème anniversaire de son arrivée en Europe.

En septembre 1995, TAMURA Shihan inaugure son dojo personnel à Bras, dans le Var. L’inauguration officielle du « Shumeikan dojo » est faite dans la tradition shinto, grâce à la présence de son ami Masando SASAKI, prêtre Yamagake San'in Shinto et Shihan 8ème Dan de l’aikikai de Tokyo.

 

 

En 1999, il reçoit la médaille de chevalier dans l'ordre national du Mérite.

Pendant près de trente ans, TAMURA Shihan a dirigé régulièrement en France de nombreux stages fédéraux dans les LIGUES formant plusieurs générations d'enseignants et de techniciens de Haut Niveau, tout en s'attachant à rester proche des pratiquants de base.

Maître de renommée mondiale particulièrement apprécié, il a animé des stages aux quatre coins du monde , tout particulièrement en tant que délégué de l'Aïkikaï de Tokyo pour l'Europe, dans de nombreux pays européens : Allemagne, Autriche, Espagne, Italie, Portugal, Belgique, Hollande, Suisse, Suède, Russie, … .

Chaque été, TAMURA Shihan a dirigé en France, trois stages internationaux d'une semaine qui réunissaient parfois plus de 500 de pratiquants (Lesneven, Saint Mandrier et la Colle sur Loup.)

Fin mars 2010, il a animé son dernier stage international à Madrid.

Maître TAMURA est décédé à Saint Maximin-la Ste-Baume le 9 juillet 2010. Il avait 77 ans.

 

Remerciements à l'AIKICAM pour leur contribution à la rédaction de cette biographie de TAMURA Senseï. 

Visitez le site de l'ENA

F.E.A.
E.A.F.

La Fédération Européenne d'Aïkido est une association internationale; désignée et connue sous le sigle FEA ou EAF.
La FEA est une association apolitique qui ne fait pas de distinction entre origines nationales et croyances différentes.
La FEA reconnaît l’Aïkido fondé par Moriheï UESHIBA O Senseï (1883-1969).

 

La fédération en chiffres

La Fédération Européenne d'Aïkido F.E.A. c'est :

  • 16 Organisations
  • 12 Pays d'Europe
  • + de 35 000 pratiquants d'Aïkido
  • 2 organisations en cours d'affiliation

 La FEA a pour objet :

  • Concevoir et coordonner une politique commune d'enseignement et de diffusion de l'Aïkido auprès de l'ensemble de ses membres.
  • Promouvoir le développement de la pratique et de l'enseignement de l’Aïkido.
  • Garantir et protéger les grades ou titres d'enseignants reconnus.
  • Maintenir l'autorité et l'autonomie de ses membres, les représenter et défendre leurs intérêts, notamment auprès des organismes internationaux.
  • Coordonner et protéger les intérêts communs de ses membres.
  • Etablir, diffuser toutes publications jugées utiles à la poursuite des objectifs désignés, organiser des manifestations de prestige.

O'Sensei Morihei Ueshiba naquit le 14 décembre 1883 dans la ville de Tanabe, située dans la préfecture de Wakayama.Il était le quatrième enfant de la famille et le seul garçon.

Son père Yoroki Ueshiba était un fermier fortuné membre actif du conseil municipal, sa mère Yuki Itokawa était descendante d'une noble famille du clan Takeda.

Le jeune Morihei était apparemment un enfant né prématurément, de faible constitution et souvent malade, son père se donna beaucoup de mal pour l'aider à améliorer sa santé et l'encourage à fortifier son corps. A l'âge de sept ans, il l'inscrit dans une école de natation et de sumo et lui apprit l'art martial secret Aioi-ryu qui était un mélange de tai-Jitsu et de Kendo. Témoin de nombreuses attaques de la part de bandits envers son père, Morihei était décidé a devenir fort pour cela il travaillait avec des pêcheurs sur les bateaux et participait à tous les concours de lutte. 

Nos Membres